IVCC

Rechercher
association-Sclérose En Plaques

Aller au contenu

Menu principal:


Polémiques sur l'interprétation de l'étude

Etudes > Etude Buffalo : SEP et CCSVI .... L'oeuf ou la poule

Le Dr Embry et son association Direct-MS ont participé financièrement aux recherches de l'Université de Buffalo. Il exprime son mécontentement sur l'interprétation des résultats qui selon lui ont un parti pris anti-CCSVI.

http://www.facebook.com/notes/direct-ms/buffaloed-the-anti-ccsvi-bias-of-the-university-of-buffalo-researchers-and-their/210099172352923



Voir la réponse des chercheurs plus bas :
http://www.facebook.com/notes/bnac-ccsvi-study/42011-letter-to-ashton-embry-phd-from-bianca-weinstock-guttman-md-and-robert-ziv/204930646207204



Buffaloed: Le parti pris anti-CCSVI de l'Université de Buffalo chercheurs et leurs interprétations non pris en charge
participation directe-MS, mercredi 20 avril 2011, 01h37

Introduction

La semaine dernière, des chercheurs de l'Université de Buffalo a publié les résultats de leur recherche 2009 sur la prévalence du CCSVI dans divers groupes de personnes, dont 289 personnes atteintes de SP, 21 personnes qui avaient vécu un syndrome cliniquement isolé (CIS) (souvent un précurseur de MS) , 163 témoins sains et 26 sujets qui souffraient d'autres maladies neurologiques. Le document a été mis en ligne sur le site de la revue médicale Neurology (http://www.neurology.org/content/early/2011/04/13/WNL.0b013e318212a901.abstract) et l'Université a également publié un communiqué de presse ( http://www.buffalo.edu/news/12469) résumant les principaux points dans le document. Ces mêmes résultats ont été rendus publics il ya 14 mois en Février 2010.

Dans cet essai, je vais démontrer que dans les rapports et l'interprétation de ces résultats, les chercheurs ont fait preuve d'un parti pris clair et fort anti-CCSVI. Je trouve cela troublant très parce que dans le passé, les chercheurs se sont présentés comme un groupe neutre vouloir seulement de déterminer la "vérité". En raison de cette affirmation de neutralité, de la charité que je suis associé (Direct-MS) a fourni des fonds pour la recherche CCSVI à l'Université de Buffalo au cours des 16 derniers mois. Nous n'aurions pas fait si nous avions su que les chercheurs avaient une telle biais significatif anti-CCSVI car un tel biais ne peut s'empêcher de nuire à leurs efforts de recherche et leurs publications ainsi que la perception du public du CCSVI.

Direct-MS sont intéressés à financer seulement les scientifiques qui produisent des résultats fiables et qui, objectivement, d'interpréter ces résultats. Que de tels résultats confirmer ou d'infirmer CCSVI n'est pas une préoccupation. Nous voulons la vraie histoire, pas un désirée.

Il est maintenant douloureusement clair que les chercheurs de l'Université de Buffalo CCSVI ne sont pas capables de produire des interprétations objectives sur CCSVI et MS et donc ne sont pas intéressés par l'histoire réelle. Les données qu'ils ont produites sont jugées fiables, mais leur interprétation de ces données sont biaisées et non pris en charge afin qu'elles sont sans importance et doivent être ignorées.

Parti-pris anti CCSVI dans la communication des données

La première évidente contre les préjugés CCSVI dans le document se rapporte à la façon dont le pourcentage de personnes ayant CCSVI a été calculé pour chaque groupe. Pour un diagnostic de CCSVI, deux des cinq paramètres de l'écoulement de sang doivent être détectés par la technologie Doppler. Malheureusement le technicien Doppler eu un problème avec la détermination de paramètre 2 dans un certain nombre de patients et, dans 30 de ces patients, un autre paramètre a été positive. Cela a créé un problème de savoir comment classer ces patients (frontières appelle) qui ont été testés positifs pour l'un des quatre paramètres et peut très bien avoir obtenu un diagnostic de CCSVI si le dernier paramètre pourrait avoir été évalués.

Un parti pris anti-CCSVI serait céder tous frontières à la catégorie négative CCSVI en dépit du fait que les chances de chacun des 30 sujets borderline étant négative pour le paramètre 2 est très éloignée. Une approche impartiale serait soit d'exclure ces sujets borderline des statistiques ou d'assumer la moitié des frontières ont été positifs pour le paramètre 2, et donc avait CCSVI, et la moitié l'étaient pas.

Les auteurs proposent pourcentages CCSVI basées sur une approche équitable (frontières exclues des calculs) et une approche biais anti-CCSVI (assumé toutes les frontières ont été CCSVI négatif). Cependant, dans leurs rapports de la prévalence du CCSVI au long de leur section Discussion, ils n'ont utilisé que les chiffres anti-CCSVI biaisée. Cela leur a permis de déclassement injuste pourcentages association CCSVI. Par exemple, avec une approche impartiale, 62% des personnes atteintes de SP ont CCSVI alors qu'avec l'approche anti-CCSVI seulement 56% ont CCSVI.

Globalement, c'est un point mineur, car le ratio clé de personnes atteintes de SP et CCSVI par rapport aux témoins en bonne santé avec CCSVI est essentiellement inchangée et demeure à environ 2,5. Cependant, en citant souvent le parti pris et irréaliste, plus faible pourcentage de la prévalence du CCSVI dans la SEP, les auteurs font paraître CCSVI n'est pas aussi répandu dans les États membres telle qu'elle est réellement. Cette astuce statistique fournit la première indication que nous ne traitons pas avec des chercheurs objectif.

Parti-pris Anti CCSVI dans le rapport des résultats

Le plus grand et le plus anti-CCSVI flagrante biais dans le document sont disponibles dans la section Discussion. Tout d'abord, les auteurs ont complètement sous-estimer leur trouver des clés qui CCSVI est beaucoup plus fréquente chez les patients SEP (62%) que dans la population générale (26%). La seule mention de ce résultat majeur est au début de la section où ils disent: «Nos résultats sont compatibles avec une prévalence accrue de CCSVI dans MS» et puis ils minimiser encore plus en ajoutant un "mais" la déclaration - mais nettement inférieur la sensibilité à l'origine signalé des taux de spécificité / MS ". Étant donné que la question principale de la recherche a été conçu pour résoudre était de savoir si ou non CCSVI a été significativement plus fréquents chez les personnes atteintes de SP que la population générale, un tel manque de discussion et de barrissements d'un très important, résultat positif démontre un parti pris anti-significative CCSVI des auteurs ..

Dans le paragraphe suivant de la discussion, les auteurs rapportent les pourcentages de CCSVI dans les différents groupes en utilisant les pourcentages biaisées ("seulement 56,1%"), puis demander «Ces conclusions point contre CCSVI comme ayant un rôle de premier responsable de MS". Une telle affirmation est totalement insupportable. Le fait que CCSVI a une association beaucoup plus élevé dans MS dit qu'il peut avoir un rôle causal, mais pas nécessairement. Toutefois, les données d'association pour les autres catégories ne peuvent éventuellement être utilisée pour argumenter contre (ou pour) le lien de causalité.

Pour un facteur à être considéré comme une cause probable, il faut plus d'association (dont les données Buffalo clairement et incontestablement la preuve), la présence du facteur avant l'apparition de la maladie (pas de données présentées dans le document) et les mécanismes biologiques plausibles qui relient le facteur à l' processus de la maladie (pas de données présentées dans le document).Le fait que les auteurs tentent de faire tourner les données et prétendre qu'il va à l'encontre du lien de causalité indique un biais anti-CCSVI incroyable de leur part ainsi que d'un manque de compréhension de la façon dont une relation de causalité entre la SEP et un facteur donné peut être raisonnablement déterminée

Dans le troisième paragraphe, les auteurs affirment que leurs données d'association contester la demande publiée que les lésions qui causent CCSVI sont congénitales tronculaire malformations veineuses. Ce raisonnement est faux étant donné la seule façon de déterminer l'origine des lésions est à l'image des lésions avec la phlébographie sélective et l'échographie intravasculaire (IVUS). Les données de l'association n'ont absolument rien à dire sur la nature des lésions qui sont à l'origine CCSVI dans les différents groupes. Notamment, la phlébographie sélective et IVUS ont clairement montré que de nombreuses lésions entraînant CCSVI sont des malformations congénitales et bien les auteurs sont bien conscients de ce fait.

Compte tenu de ce qui précède, les auteurs ont fait preuve d'un biais anti-fervent CCSVI et une tendance à ignorer les données établies qui ne correspondent pas à leur point de vue anti-CCSVI. Je suppose que les auteurs ont inclus leur attaque sans fondement sur l'existence de lésions congénitales chez CCSVI, car l'existence établie de ces lésions qui sont formées avant que le processus pathologique de la SP commence, en combinaison avec l'association élevé de CCSVI avec MS (confirmée par les auteurs) , et le bien acceptés, les mécanismes biologiques plausibles qui relient CCSVI dans le processus pathologique de la SP, laissent peu de doute que le CCSVI est en effet un facteur causal dans de nombreuses personnes atteintes de SP. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi toute personne ayant un biais anti-CCSVI veut tenter de discréditer un aspect clé (par exemple, sont des lésions congénitales) de l'interprétation bien soutenu que CCSVI est très probablement un facteur déterminant de la MS dans de nombreux cas.

Dans le quatrième paragraphe de la discussion, les auteurs tentent de revendiquer, sur la base de leurs données, que CCSVI est «une conséquence plutôt que de cause de la SP». Ils le font sur la base des données qui montrent la prévalence du CCSVI devient plus élevés dans les formes progressives. Sur la base de ces seules données, on pourrait dire soit MS causes CCSVI ou que la présence de CCSVI causes plus graves MS. Le parti pris évident anti-CCSVI des auteurs est sans équivoque, étant donné qu'ils ne mentionnait que la première possibilité (plaide contre CCSVI) et non le second (plaide pour CCSVI). Les chercheurs, même avec un semblant d'objectivité aurait mentionné deux possibilités évidentes et peut-être indiqué quelles observations pourrait trancher la question de savoir quelle explication est plus probable.

Notamment, la recherche sur la nature des lésions dont certains sont impliqués dans CCSVI démontre hors de tout doute raisonnable que CCSVI n'est pas causée par la SP. Ces lésions comprennent des bandes, des cloisons, des vannes inversé, valves malformées et la pression externe d'un os ou une artère. Il est impossible que ces types de lésions sont causées par la SP et donc toute réclamation que le processus pathologique de la SP est à l'origine CCSVI n'a absolument aucun soutien ou de validité. Le fait que les auteurs ignorent complètement ce fait évident, qu'ils sont bien conscients, est très préoccupante et ne laisse aucun doute quant à leur manque total d'objectivité.

Communiqué de presse

Le titre et le contenu du communiqué de presse qui accompagnait la publication du document ont été incroyablement biaisée. Il s'agit d'un problème encore plus grave que les préjugés anti-CCSVI omniprésente dans la communication scientifique, car la plupart des rapports publics de la recherche repose uniquement sur les informations contenues dans le communiqué de presse.

Le titre du communiqué de presse est «supérieur CCSVI prévalence est confirmée dans la SEP, mais le sens de la dépouille résultats peu clairs". Un titre impartial et honnête aurait été "supérieur CCSVI prévalence est confirmée dans la SEP". La confirmation solide et incontestable de manière significative la prévalence accrue du CCSVI chez les personnes atteintes de SP est scientifiquement très important et la grande histoire. est.

Le mieux qu'ils pourraient dire au sujet de la prévalence significativement accru de CCSVI chez les personnes atteintes de SP est "Même si cela peut suggérer une association entre la MS et CCSVI". Une telle minimiser complète de leur résultat le plus important et incontestable, et qui aide à établir CCSVI comme un facteur causal dans la SEP, indique à nouveau que les auteurs ont un fort parti pris anti-CCSVI. Un chercheur objectif aurait dit que les résultats confirment que solidement CCSVI est associée à MS-delà de tout doute raisonnable et a souligné que ce fut de loin le résultat le plus important de leurs recherches.

Les auteurs ont également fait en sorte qu'ils inclus dans le communiqué de presse les déclarations totalement non fondées, que «cette insuffisance chronique veineuse cérébrale peut être le résultat de la sclérose en plaques, et non une cause» et que «Ces résultats indiquent que CCSVI n'a pas un rôle primordial dans l'apparition MS ". Ce sont ces inflammatoires et totalement faux, les déclarations anti-CCSVI qui a fait les manchettes dans les journaux et sur les chaînes de nouvelles télévisées en Amérique du Nord et en Europe, complétant ainsi un emploi à frottis sur le concept que CCSVI peut ainsi jouer un rôle clé dans la SP.

Discussion

Il ne fait aucun doute que les chercheurs CCSVI à l'Université de Buffalo ont beaucoup, un biais anti-CCSVI et veulent discréditer le concept. Les actions ensemble de la communauté neurologique le même biais anti-CCSVI. L'explication la plus simple pour un tel parti pris est le fait que si le traitement CCSVI remplace un traitement médicamenteux de la SEP, les neurologues à perdre d'énormes sommes d'argent. Notamment, les neurologues impliqués dans la recherche de l'Université de Buffalo déclaré très étendue des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques dans la partie la divulgation de l'article publié. Ainsi, il est tout à fait compréhensible que les neurologues, y compris ceux de l'Université de Buffalo, font ce qu'ils peuvent pour discréditer la notion de CCSVI. Très peu de gens ne se battrait pas contre un concept qui a le potentiel de grandement diminuer leur pouvoir d'achat.

Alors, pourquoi l'Université de Buffalo travailleurs entreprendre de telles recherches, en premier lieu. La réponse la plus évidente et plus simple à cette question, c'est qu'ils étaient convaincus que le concept CCSVI était sans fondement et qu'ils voulaient être les chercheurs qui se sont révélés n'y avait aucune association de CCSVI avec MS. Il n'y a rien de mal à ce motif et la science progresse sur la volonté de falsifier les concepts. J'aurais aimé avoir été là quand ils ont réalisé leur effort de recherche a clairement démontré qu'il existait une association entre la SP et indéniable CCSVI. Ils doivent avoir été très surpris et consternés de constater que ils n'ont pas atteint leur objectif de l'expédition de CCSVI dans les poubelles.

Notamment, après que les chercheurs Buffalo a annoncé les résultats positifs de leurs recherches en Février 2010, autres équipes de recherche de plomb par les neurologues ont immédiatement commencé à faire des recherches pour prouver CCSVI n'a pas été associée à la SEP. L'Université de chercheurs Buffalo n'avait pas réussi à faire le travail de sorte qu'il était maintenant à d'autres pour sauver la communauté neurologique de la dévastation potentielle CCSVI pourrait causer. En raison de l'urgence de discréditer CCSVI comme un facteur de sclérose en plaques, ces nouvelles études ont été rapide et sale et un certain nombre d'entre eux ont été publiés en moins de 6 mois après la recherche a été lancé, un revirement sans précédent. Ce fait suggère seulement un manque d'intégrité scientifique de ces études qui n'ont trouvé aucune association prévisible du CCSVI et MS. Peu de gens en dehors de la communauté neurologiques ont pris ces études au sérieux.

L'Université de Buffalo chercheurs ont passé plus d'un an et beaucoup d'argent sur leur MS / étude d'association CCSVI alors qu'ils avaient de le publier. Cette mettez-les dans le dilemme de la façon de publier une étude qui a été positive en termes de CCSVI et MS lorsque leur objectif principal était de falsifier CCSVI. Nous savons maintenant comment ils ont résolu ce problème. Dans leur publication officielle et dans le communiqué de presse tout important-qui l'accompagnaient, ils ont grandement minimisé leur principale conclusion que CCSVI était en effet associée à la SEP. En plus de cela, ils ont concocté complètement insupportable que leurs revendications données suggèrent que CCSVI n'a pas de rôle causal dans la SEP et CCSVI est probablement un effet plutôt qu'une cause de la SP.

L'essentiel est que les données montrent clairement que le CCSVI est en effet fortement associée à la SP et à leurs données n'indiquent en rien que soit CCSVI n'est pas une cause de la SP ou que c'est un effet de la SP. Tel est le message réel de leurs recherches a livré.

Concilier les résultats des tests Buffalo CCSVI et les résultats du traitement

Environ 20.000 personnes atteintes de SP ont été testés pour la présence de blocages veineux avec phlébographie sélective et environ 90% d'entre eux ont été trouvés à des blocages importants qui exigent une angioplastie pour rétablir l'écoulement normal. En outre, les études de débits MRV (très différent de celui des études structurelles MRV fait à l'Université de Buffalo) de milliers de patients atteints de SEP indiquent également qu'environ 90% ont anormal du débit veineux. Ainsi, toute question qui CCSVI n'est pas très associée à la SEP a été mis au repos.

Une question évidente est pourquoi les chercheurs Buffalo ne trouve que 62% des personnes atteintes de SP ont CCSVI alors phlébographie sélective et des études MRV trouvent blocages veineuse et des problèmes de flux dans environ 90% des personnes atteintes de SP. Je pense que la réponse réside dans les données Buffalo qui sont dans le document publié. Il a été constaté que près de 90% des personnes atteintes de SP qui ont été testés pour les cinq paramètres avaient au moins un paramètre anormal du débit sanguin. Je soupçonne un seul paramètre anormal tel que mesuré par Doppler peut indiquer un blocage important et des problèmes de flux associés qui sont imagées par MRV et phlébographie sélective.

L'avenir

Il est maintenant bien établi par de grandes études d'association bien contrôlée telle que celle de l'Université de Buffalo et par des milliers de venographies sélective et MRV que CCSVI est fortement associée à la SP. Nous n'avons pas besoin de plus petite taille, mal fait, les études d'association en utilisant des techniques non-invasives administré par des techniciens inexpérimentés et supervisé par les neurologues anti-CCSVI. Cependant, nous continuerons de voir des études telles que les neurologues continuer à tenter de discréditer CCSVI. Je soupçonne que les sept études d'association actuellement financés par les sociétés de MS et supervisé par les neurologues seront négatifs en ce qui concerne CCSVI. Il ya 10 milliards raisons pour lesquelles cela se produira.

Bien sûr, la recherche qui a un besoin urgent à faire, c'est un procès objectif et clinique complet qui teste l'efficacité de l'angioplastie veineuse pour MS. Les milliers de données fiables et bien documentées (vidéo) des rapports de l'amélioration des symptômes importants après une angioplastie veineuse suggèrent un tel procès sera un résultat positif. Ainsi, un tel procès constitue une menace énorme pour les flux de trésorerie futurs de neurologues donc je pense qu'il sera tout un combat pour obtenir un financement et complété d'une manière rigoureuse et objective. On peut imaginer les efforts monumentale qui sera faite par certaines factions anti-CCSVI pour essayer de faire en sorte que toute CCSVI essai clinique qui prend son envol aura un résultat négatif.

Réponse des auteurs de l'étude :
4/20/11 lettre à Ashton Embry, doctorat de Bianca Weinstock-Guttman, MD et Robert Zivadinov, MD, Ph.D., FAAN
nominale BNAC CCSVI étude, jeudi 21 avril 2011, 01h16

20 avril 2011 Chers Ashton, Votre intérêt pour notre sclérose en plaques (SP) au cours des dernières années et la collégialité des relations que nous avons développé a été très appréciée par nous deux. C'était un plaisir de vous rendre visite à Calgary l'an dernier et de parler aux gens là-bas sur nos recherches. Nous regrettons que vous et votre conseil d'administration soyez déçus que les conclusions ou les interprétations de nos travaux de recherche publiés en avril 2011 de Neurology n'a pas produit les résultats que vous aviez espéré. Nous avons tous deux lu votre critique détaillée sur Facebook de nos documents passés en revue et de reconnaître que vous avez émis des accusations très graves sur l'intégrité de nos recherches et les conclusions que nous avons tirées.
Nous croyons, cependant, que la meilleure tribune pour mener ce débat très important serait une Lettre à l'éditeur de la revue Neurology, une étape que nous vous encourageons à prendre.
De cette façon, vos préoccupations vont consigner officiellement à d'autres dans l'ensemble de la communauté médicale, qui peut ensuite évaluer vos critiques et de répondre. Nous aurons l'occasion de répondre ainsi, également au dossier.
Il s'agit de la façon dont la science progresse.
Nous espérons que vous accepterez l'invitation à utiliser cette façon reconnue de réfuter nos constatations. Nous pensons également cette méthode de la critique sera le moyen le plus efficace pour atteindre notre objectif commun de faire progresser la compréhension de constriction veineuse et comment cela peut être liée à la SEP.
Ce document CCSVI, nous avons publié est un des nombreux que nous travaillons. Lorsque pris individuellement, chaque document peut avoir des conclusions qui pourraient sembler en contradiction avec les conclusions des autres. Certains ont montré une corrélation positive et d'autres pas. Nous sommes tous encore au début de la compréhension CCSVI, il est donc prématuré d'émettre des déclarations définitives dans un sens ou dans l'autre. Le message essentiel que nous voulons communiquer est la suivante: Jusqu'à présent, nous constatons une plus forte prévalence du CCSVI chez les patients atteints de SP, mais pas à un degré qui semble indiquer que CCSVI cause de la SP, l'hypothèse que nous testons. Cependant, d'après cette étude CCSVI et d'autres que nous avons fait et d'autres non encore publié, nous apprenons que ce soit ou non CCSVI causes de la SP (comme cette étude suggère qu'il n'a pas), CCSVI est un facteur d'un nombre important de patients atteints de SEP.
Que fait cette étude en particulier et la poursuite des recherches très importante pour comprendre comment aider les patients atteints de SEP et d'autres qui ont CCSVI. Quel que soit le résultat final sont de ce débat et de nos recherches, s'il vous plaît de reconnaître les méthodes véritablement monumental La Fondation Direct-MS a contribué à la compréhension de la SEP et éventuellement à d'autres maladies et la compréhension du vieillissement.
Nous regrettons que vous avez refusé la demande de Robert de venir à Calgary pour discuter de cela avec vous en personne. Bien que vous ayez diffuser vos accusations sur Facebook et qu'elles circulent autour de l'Internet, nous avons voulu vous répondre avec une invitation à venir nous rendre visite à Buffalo lieu. Nous espérons que vous accepterez.
Avec mes meilleures salutations, Bianca Weinstock-Guttman, MDRobert Zivadinov, MD, Ph.D., FAAN

Accueil | Emission TV du 07/12/2011 sur la CCSVI | En France | En Italie, la polémique continue ... | Généralités | Etudes | IVCC vue par la Société Française d'Imagerie Cardiaque et Vasculaire | Le journal de Sylvie, l'une des pionnières de l'IVCC | La FDA et l'IVCC en mai 2012 | le grand débat | Vidéos | Conférences CCSVI | Articles de Wheelchair Kamikaze | ECTRIMS | Communiqués | Publications | Présentations | Articles/opinions | Points de vue officiels | Protocoles | Liens | Forums/Facebook | Cliniques/Tourisme médical | Un peu de médecine | Contact | Témoignages | Lettres/Flyers | Personnalités CCSVI | video | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu