IVCC

Rechercher
association-Sclérose En Plaques

Aller au contenu

Menu principal:


Interview Dr Zamboni du 24 mai 2011

Généralités

http://www.repubblica.it/salute/medicina/2011/05/24/news/se_la_colpa_del_sistema_immunitario_due_anni_per_verificare_la_mia_teoria-16677023/


La sclérose en plaques, c'est la faute des veines - "Deux ans, pour vérifier ma théorie"


dit Paolo Zamboni, le chercheur qui émet l'hypothèse que l'implication des veines qui vont du cœur au cerveau, si elles sont mal formées, conduirait à la maladie. Mais il dit: ". Il est conseillé de ne pas fonctionner en dehors des études cliniques, chez la moitié des patients les veines resténosent "

Il est maintenant clair que chez le patient qui souffre de sclérose en plaques le système immunitaire attaque le système nerveux de la même personne. Mais quel est le déclencheur, ce n'est pas clair. Certes, les experts s'accordent, il doit y avoir plusieurs causes. Sur la base des résultats des recherches menées avec son personnel, Paolo Zamboni, directeur des maladies vasculaires de l'Université de Ferrara, fait valoir que l'une de ces causes est un rétrécissement des veines principales qui vont de la tête au cœur. Par conséquent, il y a stagnation du sang dans le cerveau et les substances toxiques provenant de processus métaboliques vont finalement déclencher l'auto-agression. Zamboni donne une métaphore: "Si quelqu'un est victime de sclérose en plaques, l'arme assassine le système immunitaire, mais les tueurs sont encore inconnus. Avec nos investigations, nous avons collecté suffisamment de preuves pour émettre une hypothèse, le rétrécissement des veines, mieux connu sous le nom CCSVI, ce qui veut dire insuffisance veineuse chronique céphalo-rachidienne."

Dans l'interview que vous nous avez accordée il y a un an, vous mettez en garde les patients contre une angioplastie, sauf s'ils sont placés dans un essai contrôlé, parce qu'il n'y a pas encore assez de preuves de l'efficacité de l'intervention. Faites vous encore la même recommandation ?
«Bien sur. Nous devons attendre deux ans au moins, quand il devrait y avoir les résultats de l'étude "Brave Dreams". Il s'agit d'une recherche sur 700 patients qui est le point de départ. Nous terminons la formation des médecins dans les différents centres qui vont faire l'échographie pour savoir si le patient a la sclérose en plaques et la CCSVI, puis les chirurgiens opèrent. Certains ne seront pas opérés, et ne sauront pas si la dilatation a été faite ou pas. Puis il y aura au moins une année d'observation pour voir s'il y a des améliorations. "


Pourtant, de nombreux patients sont en recherche active d'une angioplastie immédiatement, ils vont souvent payer des sommes considérables de leur propre poche. Comment empêcher cela?
"La CCSVI n'est pas seulement combattu avec une veine dilatée, et ensuite c'est terminé. La CCSVI est un concept facile à comprendre, mais très difficile à traiter. Le nombre de rechutes est élevé, mais les complications possibles sont rares. Nous n'avons pas terminé nos travaux de recherche afin de fournir une méthode fiable «clé en main». Pour cette raison, les patients doivent être traités dans des études créés pour les protéger. "


Parmi les patients, après une amélioration, de nombreux retournent au point de départ, Pourquoi?
"Chez environ la moitié des patients, le rétrécissement veineux opéré se reforme de nouveau, et les troubles reviennent. Bien que cette corrélation confirme le rôle de la CCSVI, d'autres études sont en cours pour améliorer la technique chirurgicale. L'angioplastie utilise des outils qui ont été créés pour être utilisé sur les artères, qui ont une structure différente de celle des veines. Nous avons également observé des resténoses sans aucune détérioration de la sclérose en plaques, et c'est un fait difficile à interpréter. S'il vous plaît noter que chez tous les patients, chez qui nous avons pratiqué l'angioplastie sont restés avec un traitement immunosuppresseur, qui pourrait alors empêcher la ré-allumage de la maladie. "


Une étude publiée au congrès ECTRIMS émet des doutes que la CCSVI soit la cause de la sclérose en plaques.
"C'est vrai, les données présentées par Zivadinov à Buffalo ne sont pas excitantes pour nous et ne contribuent pas à comprendre si la CCSVI est la cause ou un épiphénomène de la SEP. Cependant, par l'assemblage de toutes les recherches de ce genre à ce jour, nous arrivons à un série de 1400 patients et 500 témoins sains, dans l'ensemble la CCSVI est présente dans 71% des patients et dans 8% des sujets sains. Je crois que ces pourcentages sont compatibles avec l'hypothèse que la CCSVI est parmi les facteurs responsables de la sclérose en plaques. "

Accueil | Emission TV du 07/12/2011 sur la CCSVI | En France | En Italie, la polémique continue ... | Généralités | Etudes | IVCC vue par la Société Française d'Imagerie Cardiaque et Vasculaire | Le journal de Sylvie, l'une des pionnières de l'IVCC | La FDA et l'IVCC en mai 2012 | le grand débat | Vidéos | Conférences CCSVI | Articles de Wheelchair Kamikaze | ECTRIMS | Communiqués | Publications | Présentations | Articles/opinions | Points de vue officiels | Protocoles | Liens | Forums/Facebook | Cliniques/Tourisme médical | Un peu de médecine | Contact | Témoignages | Lettres/Flyers | Personnalités CCSVI | video | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu