IVCC

Rechercher
association-Sclérose En Plaques

Aller au contenu

Menu principal:


Dernières infos sur les Nouveaux médicaments contre la SEP, mauvais pour la plupart

Articles de Wheelchair Kamikaze

http://www.wheelchairkamikaze.com/2011/01/latest-ms-drug-news-much-of-it-bad.html

Kamikaze --- Les Dernières infos sur les Nouveaux médicaments contre la SEP, mauvaises pour la plupart :
Il y a eu une série d’informations durant ces deux dernières semaines concernant les médicaments existants et proposés pour la SEP, en grande partie mettant l’accent sur l’aspect négatif. Plusieurs médicaments ont été rejetés par les agences européennes de régulation, et un autre a vu le spectre de ses effets secondaires mortels en progression. Bien que décriés par la communauté SEP militante, de nombreux médicaments prescrits pour la sclérose en plaques ont en effet amélioré la qualité de vie de nombreux patients qui les ont utilisés. Bien que d'un coût exorbitant, ne s'attaquant pas à la cause de la maladie (qui reste inconnue), et ne concernant qu’une partie seulement de la population SEP, les médicaments approuvés ont permis de réduire le taux de rechutes chez certains patients SEP-RR, mais il est surtout question de savoir s’ils ralentissent vraiment la progression insidieuse de la maladie. Les médicaments injectables « CRAB » (Copaxone, Rebif, Avonex, Betaseron et) ont démontré lors des essais cliniques, qu’ils réduisaient de manière significative les taux de rechute pour environ un tiers des patients . Copaxone présente une efficacité relative mais les trois autres, tous à base de l'interféron bêta, causent souvent des symptômes pseudo-grippaux pour une journée ou deux après l'administration. Pour les patients chez qui ils fonctionnent, cependant, une baisse significative des taux de rechute peut diminuer sensiblement l'impact de la maladie sur leur vie. Malheureusement, après plus d'une décennie d'utilisation, il n'est pas encore déterminé clairement si oui ou non ces médicaments ont une influence sur la progression du handicap. Un rapport récent en Grande-Bretagne a contesté la notion selon laquelle les médicaments CRAB auraient un impact positif sur la progression, mais d'autres études semblent appuyer la thèse selon laquelle ces médicaments agiraient au moins pour ralentir la progression. Une nouvelle génération de médicaments pour la SEP, y compris Tysabri, Rituxan, et d’autres ont été approuvés récemment (par la FDA) : Gylenia montre un léger progrés et serait efficace tant dans la réduction du taux de rechute que pour les symptômes de la SEP, et concernerait également un plus grand nombre de patients chez qui il pourrait être efficace. Malheureusement, cette efficacité accrue s'accompagne d'une augmentation de la sévérité de leurs effets secondaires potentiels, qui peuvent comprendre des infections mortelles du cerveau et le cancer. Ces médicaments, eux aussi, ne font rien pour s'attaquer à la cause sous-jacente de la SEP, et agissent, en modifiant en profondeur le fonctionnement du système très complexe et peu compris du système immunitaire humain, et dont les conséquences, sur le long terme, ne sont pas encore connues. Cependant, les améliorations parfois spectaculaires vécues par certains patients prenant ces médicaments les amènent pour beaucoup à être très réticents à (l’idée) d’y renoncer. Dans le cas de Tysabri, je connais personnellement des patients qui, après plusieurs années sous ce traitement, ont été testés positifs pour le virus qui cause la LEMP, une infection du cerveau horrible, mais refusent toujours de se détacher du Tysabri en raison de l'impact positif qu'il a eu sur leur vie. Contrairement à certains autres avis de SEPiens sur Internet, je ne suis pas disposé à coller l'étiquette « Huile de Serpent » sur la moisson actuelle de médicaments pour la SEP, tout simplement à cause de l'influence positive qu’ils ont sur la vie de nombreux patients. Certes, ils ne font rien pour guérir la maladie, et je doute de leur capacité d'influer considérablement sur la progression de la maladie, mais je connais suffisamment de patients dont la vie est restée relativement productive en grande partie grâce à ces médicaments dont je ne peux m'empêcher de reconnaître leur valeur. Le coût financier réel de ces médicaments est ahurissant, en particulier le prix du nouvellement autorisé, Gylenia (le premier médicament oral approuvé pour la SEP) qui doit s’établir aux alentours de $ 50000 par an, et je déteste le fait que la SEP soit une « poule aux œufs d'or » pour de nombreuses entreprises pharmaceutiques, mais on ne doit pas ignorer l'effet positif apparent de ces traitements. Avant l'introduction des médicaments CRAB, les médecins ne connaissaient de la SEP que le «diagnostic et adios" , car ils ne pouvaient rien faire pour combattre la maladie. L'avènement de ces médicaments, peu importe leurs défauts, a moins de (vouloir) mettre des flèches dans le carquois de ceux (qui dénigrent), essaient de lutter contre la sclérose en plaques. Malheureusement, tous les médicaments actuellement approuvés pour la SEP ont seulement démontré qu’ils agissaient sur des patients atteints de la forme rémittente de la maladie; ceux d'entre nous qui souffrent de la forme progressive restent exclus de tout traitement. Très peu de médicaments ont même été mis à l'essai en vue d’une utilisation sur les patients atteints de SEP progressive, mais récemment, au moins une certaine attention a été portée sur le sort de ceux qui souffrent de SEP PP et SEP SP
Bon, assez de mes blabla… sur l'état actuel des médicaments pour la SEP. Voici un aperçu des dernières infos concernant les produits pharmaceutiques SEP. Le fait que de nombreux articles liés proviennent de sites Web financiers en dit long sur le triste état de la situation concernant la SEP et le Big Business:
§Biogen, les fabricants du Tysabri, a publié son rapport mensuel sur le taux de LEMP (une infection du cerveau dévastatrice) chez les patients prenant le médicament. Lorsque des malades débutent un traitement Tysabri, aux Etats-Unis, ils sont inscrits dans ce qu'on appelle le programme TOUCH, conçu pour suivre soigneusement les signes de l'infection. Le risque d'infection de LEMP à la suite du traitement par TYSABRI a longtemps été présenté comme étant de 1/1000. Les statistiques publiées au début du mois indiquent que les taux d'infection pour les patients recevant du TYSABRI depuis moins de deux ans se situe bien aux alentours de ce chiffre, mais commence à augmenter de façon inquiétante, une fois que les patients ont franchi la barre des 24 mois. On reconnaît que l'incidence de la LEMP dans la thérapie à long terme est maintenant à 2,13 pour 1000, et la tendance suggère que plus les patients sont sous Tysabri, plus il y a de risque d'infection. Après avoir d'abord été introduit en 2005, TYSABRI a été rapidement retiré du marché lorsque la menace de LEMP a été connue. Il a été réintroduit dans la seconde moitié de 2006 et, par conséquent, la majorité des patients le prenant n’avait pas encore atteint la «zone dangereuse». Comme je l'ai indiqué précédemment, de nombreux patients ne veulent surtout pas stopper Tysabri après avoir connu une amélioration parfois spectaculaire de leurs symptômes de la SEP pendant leur consommation. Comme le nombre de LEMP augmente, de nombreux patients actuellement sous Tysabri sont aux prises avec des décisions très difficiles
L'Agence médicaments (EMA) le comité des médicaments à usage
§européenne des humain (CHMP) a recommandé de ne pas donner l'approbation au médicament par voie orale Fampyra , qui en Amérique du Nord est appelé Ampyra.Ampyra, approuvé par la FDA en 2010, est le seul médicament approuvé à ce jour uniquement pour le soulagement des symptômes de la SEP. La molécule augmente la vitesse de marche dans environ 1 / 3 des patients qui le prennent. Certains patients sous Ampyra font également état d'une amélioration globale de la force musculaire. En donnant des recommandations à l'égard du médicament, le CHMP a déclaré qu'il «n'était pas convaincu que le peu d’effet de Fampyra sur la vitesse de marche soit un avantage significatif pour les patients. L'effet sur la vitesse ne pouvait pas être lié à des améliorations significatives telles que la coordination, un meilleur équilibre ou l’endurance. Le Comité a émis l’avis que des avantages incertains de la médecine ne l'emportent pas sur ses effets secondaires, qui comprennent la douleur, des étourdissements, des paresthésies (sensations inhabituelles comme des épingles et aiguilles) et des problèmes d'équilibre, ou autres symptômes du même genre, de la sclérose en plaques qui pourraient nuire à la capacité du patient à marcher. Le Comité a également noté le manque de données à long terme sur les avantages (en termes) médicaux et de sécurité ainsi que des données sur certains groupes de patients, comme les personnes âgées et les patients ayant des problèmes d'épilepsie ou cardiaques . Le CHMP a conclu que les avantages de Fampyra ne l'emportent sur ses risques et a recommandé de refuser l’autorisation de mise sur le marché. " Le CHMP a également donné son avis sur l'approbation du médicament par voie orale expérimental Cladribine pour la SEP , commercialisé par la société pharmaceutique, le géant Merck . La cladribine a été utilisée sous forme IV en tant qu'agent anticancéreux depuis le milieu des années 1990, donc on connaît les effets secondaires graves. Reformulée sous une forme orale et nommée Movectro, le médicament a connu une période d'essai complète pour une utilisation chez les patients SEP-RR, et a permis de réduire le taux de poussées de SEP et éventuellement entraver la vitesse de progression de la maladie.En prenant une décision contre le médicament, le CHMP avait des inquiétudes sur la sécurité du médicament. "Un nombre croissant de patients atteints de cancer ont été observés dans les essais avec Movectro, ce qui pourrait indiquer un risque accru de cancer dans le temps et avec des doses croissantes. Le Comité a également noté que les avantages et le dosage le plus approprié pour le traitement n'avaient pas été entièrement établis pour les patients qui devront utiliser le médicament. Par conséquent, à ce moment-là, le CHMP a estimé que les avantages de Movectro ne l'emportent pas sur ses risques et a recommandé de refuser l'autorisation de mise sur le marché. " Le médicament sera soumis à l'approbation de la FDA plus tard cette année, et il sera intéressant de voir si la FDA suivra la décision des cousins européens.Le CHMP a l'approbation de la drogue par voie orale MS Gylenia,§recommandé officiellement connue sous le nom fingolimod ou FTY 720. Ce médicament a déjà obtenu l'approbation de la FDA, et devrait arriver sur le marché dans le courant du premier semestre de cette année. Gylenia est un médicament puissant qui modifie considérablement le fonctionnement du système immunitaire humain. La molécule piège les cellules du système immunitaire T dans le système lymphatique, ce qui les isole non seulement du système nerveux central, mais aussi du reste du corps. Comme m’a dit un neurologue, "Tysabri place les flics sur un quartier, mais Gylenia les maintient enfermés dans le poste de police". Bien que de nombreux patients se réjouissent à la pensée de renoncer à leurs injections ou perfusions mensuelles pour la simplicité et l'action sans douleur de prendre un comprimé par jour par voie orale, le mécanisme de ce médicament devrait donner à réfléchir. Bien qu'il n'ait pas encore atteint l’étape de la mise sur le marché, on pense que les neurologues feront d'abord preuve de prudence dans la prescription du médicament. Fait intéressant, Gylenia est actuellement testé comme agent neuroprotecteur possible, de sorte que le médicament peut avoir un effet à double tranchant. Ce serait merveilleux si la science pouvait isoler des propriétés neuroprotectrices de Gylenia et développer un traitement permettant que les cellules nerveuses deviennent des boucliers du processus pathologique de la SEP, mais que ce développement semble dans un avenir lointain !. En tant que patient SEP, je trouve cela extrêmement frustrant (de voir) que des millions et des millions de dollars sont dépensés dans la recherche, le développement et la commercialisation des médicaments pharmaceutiques qui ne font absolument rien pour guérir la maladie chez les patients mais servent à faire fructifier les contrats de Big Pharma. Malheureusement, notre modèle de recherche médicale a évolué pour devenir une bête très dysfonctionnelle, celle qui trop souvent ne tient pas compte du réel bénéfice pour le patient, préférant la probabilité de gains financiers énormes. La réaction immune aberrante constatée dans les symptômes de la SEP est essentiellement une cause encore inconnue. Si seulement une fraction des fonds de recherche dépensés par les Big Pharma pour les médicaments visant à supprimer ou moduler le système immunitaire avait été plutôt consacrée à la recherche de cette cause inconnue, on pourrait effectivement être sur la voie de la guérison de cette maladie maudite. On ne peut qu'espérer que les croyances brandies comme un étendard par les partisans les plus fervents, en CCSVI, et en des anomalies vasculaires se révéleront être un rouage important du processus pathologique de la SEP. À tout le moins, aurons –nous enfin la clé (permettant) d’effectuer des recherches sur CCSVI, dépassant le cadre de l’auto-immunité liée au seul modèle de la SEP, comme les maladies pour lesquelles un système immunitaire qui a mal tourné cacherait encore des maladies plus graves, et enfin à long terme, ferons-nous la lumière sur ces maux inconnus. Puis-je obtenir un Amen? Le lien: http://www.wheelchairkamikaze.com/2011/01/latest-ms-drug-news-much- ...

Accueil | Emission TV du 07/12/2011 sur la CCSVI | En France | En Italie, la polémique continue ... | Généralités | Etudes | IVCC vue par la Société Française d'Imagerie Cardiaque et Vasculaire | Le journal de Sylvie, l'une des pionnières de l'IVCC | La FDA et l'IVCC en mai 2012 | le grand débat | Vidéos | Conférences CCSVI | Articles de Wheelchair Kamikaze | ECTRIMS | Communiqués | Publications | Présentations | Articles/opinions | Points de vue officiels | Protocoles | Liens | Forums/Facebook | Cliniques/Tourisme médical | Un peu de médecine | Contact | Témoignages | Lettres/Flyers | Personnalités CCSVI | video | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu